10/08/2007

Mes malheurs

MES MALHEURS

 

Pour éviter la cata. , la collerette évite pas mal de dégâts alors,

alors, autant s'en faire une amie ...

Je vous explique : j'ai commencé à boîter, après traitement chez notre vétérinaire de l'époque,il nous a conseillé (par téléphone) de me couper deux doigts. Mes maîtres (mes amis) se sont vus conseiller un autre praticien. Celui-ci n'habitait pas à notre porte mais le déplacement m'a sauvé de l'amputation. Merci Maman, Merci Papa,. Grâce à votre patience et "quelques" bains de pattes, j'ai sauvé mes 2 doigts. Bisous à toi, Cricri ( la maman de Tilly).

Eh oui, fallait que ça tombe sur moi ! Fermez les volets (oh, je fredonne Viktor Lazlo). J'ai probablement dû m'approcher un peu trop près de la cible que je me fixais . Résultat : vu mon nez court et mon enthousiasme, j'ai oublié de fermer les Yeux.

Là, j'ai probablement dû secouer la tête (un peu) trop fort. Résultat : on a dû me recoudre l'oreille !

Aaah, cette fois, j'ai fabriqué un peu trop de minéraux. Résultat : les chiens mâles sont pourvus d'un os dans leur pénis. Je les ai donc éléminées mais en trop grosse quantité ! Une opération a été la solution à mon problème : on les a fait éclater ! (Je suis sûr que ma maman les détient encore quelque part à la maison. Elle conserve tout vous savez !).

Celle-ci, m'a été fatal!

J'avais alors 9 ans. Petit à petit, je les réveillais la nuit pour aller faire pipi (jusqu'à 2, 3, ...). C'est alors que nous avons consulté notre Nouveau vétérinaire (Philippe). Des analyses de sang ont été pratiquées. Celles-ci ont révélé que je souffrais du "kushing". Voyez plutôt mon aspect : je me suis méchament arrondi et je ne peux plus me contenir. Dans mon malheur (une tumeur au cerveau), on a prolongé ma vie pendant environ 1 an. J'ai pris mes cachets chaque jour et chaque lundi en particulier. J'ai encore mené ma petite vie. Petit à petit, j'oubliais (ou manger me faisait mal) de manger, je me promenais dans le jardin, je tournais en rond jusqu'à ce qu'on vienne me chercher. Bref, je perdais ,la tête et je ne les reconnaissais plus. J'étais dans le vague. C'est là, qu'ils ont été "humain" et qu'ils ont pris la décision de tout arrêter...

12:45 Écrit par Michelle et Philouroux dans Mes malheurs | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |